Rechercher

Découverte et transmission du 29 novembre 2019



Nous étions 16, réuni.e.s à la Maison des associations de Sèvres, vendredi 29 novembre, pour la 1ère soirée Découverte et Transmission organisée par le collectif.


Deux temps étaient prévus : un échange avec Julien Besnard de la coopérative d’activités et d’emploi (CAE) Port Parallèle et des ateliers de transmission proposés par deux sévriennes, Alexandra (www.pepscoaching.fr) et Nathalie (www.relation-creative.com).

Finalement, le sujet de la CAE passionnait tout le monde alors on s’est dit qu’on remettrait les ateliers de transmission à une prochaine fois.


Nous avions invité Julien Besnard de la CAE Port parallèle pour plusieurs raisons :

- nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes ambitions de solidarité, d’entraide, de mutualisation et de partage,

- nous souhaitons offrir des moments d’informations et d’échanges pour les entrepreneurs et porteurs de projets de Sèvres et des environs,

- nous envisageons une gouvernance participative et coopérative pour le projet de tiers-lieu à Sèvres.


Comme toute CAE, Port Parallèle est une entreprise commerciale rattachée à un statut coopératif. Sa gouvernance est participative et démocratique selon le principe «un(e) associé(e) = une voix». Les salariés sont majoritaires au capital et récupèrent une partie des bénéfices. L’autre partie est consacrée à la consolidation de l'entreprise partagée. Avec les mutuelles, les fondations et les associations, les coopératives font partie des structures relevant de l’économie sociale et solidaire (ESS). Les premières CAE ont été créées dans les années 2000 avec la volonté de soutenir la liberté d’entreprendre des personnes désirant vivre de leur savoir-faire au sein d’un cadre sécurisé. Il en existe une petite dizaine en Île-de-France aujourd’hui. Port Parallèle en fait partie. Elle a son siège à Paris et dispose de plusieurs antennes à Cergy, Garges-lès-Gonesse et Aulnay-sous-Bois. La coopérative, qui salarie aujourd’hui 240 entrepreneurs, est en pleine croissance et ouvrira bientôt une nouvelle antenne à Melun.


Venue de Rueil-Malmaison pour témoigner de son expérience, Tuyet est entrepreneur-salariée de la coopérative depuis octobre 2018. Elle y est arrivée après avoir connu la sécurité de l’emploi pendant 22 ans en CDI. Cheffe d’une « entreprise » familiale de 3 enfants, elle s’est d’abord tournée vers le portage salarial pour pouvoir développer son activité sans avoir à gérer sa propre entreprise. Elle a ensuite découvert Port Parallèle où elle a trouvé, en plus de la mutualisation des aspects administratifs et comptables entre porteurs de projets, une dynamique collective et interactive entre personnes de métiers différents partageant les mêmes valeurs.


Toute la gestion administrative, fiscale et comptable est mutualisée au sein de la CAE, ce qui permet aux porteurs de projet de se consacrer entièrement à leur activité et au tissage de liens avec les autres entrepreneurs de la coopérative. Il y règne un esprit d’entraide et de solidarité propre aux structures de l’ESS, ce qui n’existe pas dans les entreprises de portage salarial. Les porteurs de projets peuvent signer avec la coopérative un contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE) de 6 mois, renouvelable une fois. Ils bénéficient d’un accompagnement et de tout un panel de formations et de conseils individualisés. Chaque entrepreneur peut ainsi gagner en compétences, se nourrir de l’expérience des autres coopérateurs et affiner la compréhension qu’il a de son environnement professionnel. Il arrive que, à l’intérieur du collectif, des groupes thématiques ou pluri-disciplinaires se forment de manière informelle.


Dès que le niveau de facturation le permet, l’entrepreneur signe un contrat de travail en CDI avec un niveau de rémunération révisable basé sur son chiffre d’affaires. Sa contribution au fonctionnement de l’entreprise, qui équivaut à 10 % de sa marge brute, croît en proportion de son activité, limitant les risques au démarrage. Il contribue ainsi au résultat mutualisé de la CAE et à son développement.


Pauline, qui habite Sèvres, a été entrepreneur-salariée de la coopérative pendant 1 an et quelques mois. Au départ, elle est venue chez Port Parallèle car elle cherchait une solution pour facturer son principal client. En plus de tout ce que cela lui a apporté, son passage dans la coopérative lui a permis de libérer du temps pour se consacrer à un projet à plus long terme : devenir professeur des écoles.


Port Parallèle, qui salarie des entrepreneurs alto-séquanais, souhaiterait aujourd’hui se développer dans le Département en prenant appui sur des espaces existants comme les tiers-lieux. La rencontre s'est donc terminée par une note constructive entre notre projet de tiers lieu pour Sèvres et la dynamique lancée et gérée par la CAE. Les deux projets partagent en effet une même vision du partage, de la mutualisation et de la coopération. L’un privilégiant la rencontre autour d’un lieu physique, l’autre en mettant à disposition un dispositif d’accompagnement bien rodé. On imagine bien les entrepreneurs et porteurs de projet de Sèvres bénéficier de la puissance de ces deux logiques réunies !


Caroline Ladous



Processus d’accueil et d’intégration des porteurs de projets au sein d’une CAE

Source : plaquette de présentation de la confédération générale des SCOP



78 vues
Nous contacter

Vous voulez suivre le projet ?
Vous voulez y participer ?
Vous avez des questions ?
Laissez-nous un message !

​​

bonjour@tiers-lieu-sevres.fr

  • Facebook

Adhérer à l'association Un tiers-lieu pour Sèvres

Avec cette adhésion, vous pourrez au choix : participer aux événements, contribuer à leur organisation, accéder aux espaces de travail partagés, vous impliquer dans la vie de l'association...

Où bien encore, vous pourrez manifester votre soutien à ce projet. Vos idées, points de vue, conseils seront toujours les bienvenus pour nous aider à le structurer et à le pérenniser !

© 2020, tous droits réservés. Photographies par Unsplash. Icônes réalisée par Freepik sur Flaticon.